Creative Mornings Quebec et le temps!

Toi aussi, c’est la première fois?

Creative Mornings @Quebec_CM #CMQC  organise des conférences gratuites tous les derniers vendredis du mois pour créatifs invérétés. Le thème de ce mois-ci est le temps #CMTIME

QC_CreativeMornigs

C’était la première fois que j’assistais aux conférences mensuelles de Creative Mornings et tout comme nos premières expériences, j’étais un ti-peu gêné! Je ne connaissais personne, alors que les plusieurs en ont fit une habitude de se retrouver dans ce buzz inspirant un vendredi matin.

Une question qui peut facilement tourner à une interprétation grivoise est apparue dans ma tête. Je me voyais facilement la poser au Geek barbu èa ma gauche: Toi aussi, c’est la première fois? Briser la glace ou  éviter un malaise? Je vous rassure, personne n’a entendu cette question de ma part!

Il a été intéressant de constater comment plusieurs personnes se connaissaient déjà et s’échangeaient des lignes de bonheur routinier. Mais en tant que nouveau dans la bassecour, par quoi je commence pour me faire connaître? Je ne suis pas si nouveau dans le monde des communications, mais mon réseau à Québec est à faire!

1re chose, un bon café. Se pointer à 8h le matin, ça nous prend ça! Sinon Camellia Sinensis – Maison de Thé est venu nous réchauffer avec deux excellents choix de thés du moment.

Pas le temps de tasser ma gêne à deux mains et de s’insérer dans une conversation pour se faire des amis, la conférence débute.

Maude Francoeur gère trois volets de  sa vie, le professionnel, le personnel et celui d’aventurière. Elle est venue nous parler de l’importance de prendre le temps de s’autoréaliser avec des choses extraordinaires. Elle dit que le temps peut être beaucoup de choses.

Le temps c’est de l’argent

Le temps c’est de l’or

Le temps c’est aussi la préparation,

Le temps est surtout relatif!

Après une soirée entre amis motivés et deux shooters de Téquila, elle a décidé de monter le Kilimandjaro. Les monts de L’Aconcagua et du mont Blanc, de courir entre Montréal et New York, et au Ironman de Tremblant, ont suivi avec la motivation d’aller encore plus loin.

C’était inspirant pour n’importe qui pourrait avoir des idées de projets ou implications et qui manque ses propres shooters de Téquila!

Allez-y, prenez le temps de faire quelque chose que vous avez le goût de faire et que vous n’osez pas!

Elle a entre autres, parlé du moment précis, au sommet du Kilimandjaro, comment le temps s’est arrêté, et son état de fierté d’accomplissement.

Nouveau,senior et tout le monde entre les deux, tous se tenaient pour dire que nous pouvons aussi accomplir des choses extraordinaires pour nous-mêmes! Phrase moraliste, mais c’est vrai pareil!!

TOP 3 des raisons pour lesquelles vous devriez être présents à ces conférences près de chez vous?

  1. PARCE QUE C’EST GRATIS!!!!
  2. Parce que vous apprenez surement quelque de nouveau!
  3. Le Réseautage est toujours très payant un jour ou l’autre! NON?

Au final, je suis content de m’y être présenté. J’ai même donné mon nom pour m’impliquer dans la réalisation de ces conférences vraiment cool!

 

Publicités

Agent des communications et de la diffusion – IRDA

 

julie20et20stc3a9phane203_450_outils20et20services

Agent des communications et de la diffusion  – IRDA

Sous la supervision de la responsable des communications, le titulaire réalise le plan annuel de diffusion de l’information scientifique en soutien aux équipes de recherche, incluant l’organisation d’événements et d’activités de diffusion des résultats de recherche, la révision de documents de vulgarisation et une veille stratégique sur les enjeux de l’agriculture durable. Il contribue également à la réalisation des activités de communications corporatives externes et internes.

Notre mission

L’IRDA a pour mission de réaliser des activités de recherche, de développement et de transfert en agroenvironnement visant à favoriser l’innovation en agriculture, dans une perspective de développement durable.

Notre vision

En 2016, l’IRDA est reconnu à l’échelle canadienne comme un chef de file en recherche, développement et transfert en agroenvironnement. L’IRDA se démarque par son approche intégrée et par le dynamisme de ses partenariats qui lui permettent d’anticiper les problèmes et de proposer des solutions novatrices répondant aux besoins des agriculteurs et de la société.

IRDA

Agent des communications et de la diffusion pour l’institut de recherche et de développement en agroenvironnement

Voici les meilleures et pires villes à habiter en tant que femme! -ENGLISH ONLY

Quebec City ranked as the best place in Canada to be a woman (Photo: REUTERS/Mathieu Belanger)

Of Canada’s 20 largest metropolitan areas, Quebec City is the best place to be a woman. And the worst? Edmonton.

Those rankings come from a new study released today by the Canadian Centre for Policy Alternatives, an Ottawa-based think-tank. The report compared how women can expect to fare in five different areas: economic security, leadership, health, personal security and education.

A few highlights from the report: overall, cities in Quebec do better than those in the rest of Canada, with Quebec City, Montreal and Sherbrooke all making the top 10. Alberta, on the other hand, has the most inequality, with Calgary and Edmonton both at the back of the pack. Women in Ottawa-Gatineau earn the most of any women across the country, while those in Calgary experience the lowest levels of poverty. Ontario’s Kitchener-Waterloo-Cambridge area, meanwhile, had the highest levels of stress, and Oshawa, ON reported the highest gap in stress between men and women (women had about double the level of men).

The study found the smallest gender gaps in the area of educational attainment, with women slightly more likely to finish high school, college and university — except in the trades, where men are twice as likely to finish vocational training. Likewise, the study found Canadian women’s health and life expectancy often surpassed that of men.

Lire l’article en entirer (anglais seulement)