Voici les meilleures et pires villes à habiter en tant que femme! -ENGLISH ONLY

Quebec City ranked as the best place in Canada to be a woman (Photo: REUTERS/Mathieu Belanger)

Of Canada’s 20 largest metropolitan areas, Quebec City is the best place to be a woman. And the worst? Edmonton.

Those rankings come from a new study released today by the Canadian Centre for Policy Alternatives, an Ottawa-based think-tank. The report compared how women can expect to fare in five different areas: economic security, leadership, health, personal security and education.

A few highlights from the report: overall, cities in Quebec do better than those in the rest of Canada, with Quebec City, Montreal and Sherbrooke all making the top 10. Alberta, on the other hand, has the most inequality, with Calgary and Edmonton both at the back of the pack. Women in Ottawa-Gatineau earn the most of any women across the country, while those in Calgary experience the lowest levels of poverty. Ontario’s Kitchener-Waterloo-Cambridge area, meanwhile, had the highest levels of stress, and Oshawa, ON reported the highest gap in stress between men and women (women had about double the level of men).

The study found the smallest gender gaps in the area of educational attainment, with women slightly more likely to finish high school, college and university — except in the trades, where men are twice as likely to finish vocational training. Likewise, the study found Canadian women’s health and life expectancy often surpassed that of men.

Lire l’article en entirer (anglais seulement)

Publicités

Influence Communication et son Bilan de l’actualité 2013!

Influence Bilan 2013État de la nouvelle : Bilan 2013

Montréal, 17 décembre 2013 – Pour une neuvième année consécutive, Influence Communication publie son bilan annuel de l’actualité. État de la nouvelle : Bilan 2013© analyse le travail des médias, identifie des tendances et dresse des palmarès à partir de toutes les nouvelles qui ont été publiées ou diffusées au Québec entre le 1er janvier et le 9 décembre 2013.

Pour une septième année consécutive, Influence Communication rend également publics les résultats d’analyses similaires effectuées auprès des médias canadiens et internationaux.

En 2013, dans la plus pure tradition québécoise, les sports, les faits divers et les nouvelles locales ont coiffé tous les autres thèmes avec un poids médias combiné de 43 %. En 2012, ces trois thèmes réunis avaient généré moins de 32 % de tous les sujets d’actualité.

La tragédie de Lac-Mégantic a été la nouvelle de l’année.  Depuis le début des années 2000 au Québec, c’est la nouvelle la plus médiatisée sur 24 heures, sur 7 jours et sur douze mois.  C’est aussi le dossier qui a fait le plus parler du Québec dans les médias étrangers.

Toutefois, il faut replacer les choses en perspective, si le Canadien de Montréal était une seule et unique nouvelle, il aurait surpassé la tragédie de Lac-Mégantic de 0,2 %.

Fidèle à leur habitude, les médias ont fait très peu de nouvelles internationales.  Celles-ci se trouvent derrière l’habitation et la rénovation.

La cuisine a poursuivi sa montée fulgurante en grimpant au 5e rang devant les nouvelles économiques.

Pauline Marois a été la personnalité la plus médiatisée en 2013.  Colette Roy-Laroche récolte quant à elle le titre de recrue médiatique de l’année. Michel Therrien a dominé dans la catégorie des sports.

Téléchargez le Bilan 2013 de Influence Communication